27 octobre 2021

DUBRETON, ENTIÈREMENT CONFORME AUX EXIGENCES DE LA PROPOSITION 12

Partager

DUBRETON, ENTIÈREMENT CONFORME AUX EXIGENCES DE LA PROPOSITION 12

Dès le 1er janvier 2022, en Californie, une nouvelle réglementation relative au confinement des animaux d'élevage, la Proposition 12, exigera que toute la viande de porc vendue dans l’état provienne de truies vivant dans un espace sans cage d’au moins 2,2 m2 (24 pi2). duBreton est déjà conforme à ces nouvelles exigences, grâce à ses certifications encadrant le bien-être animal - Certified Humane Raised and Handled®, GAP 5-steps® et biologique - contrairement à la majorité des producteurs américains et canadiens qui respectent uniquement les normes de bien-être animal dictées par leur gouvernement respectif.

En résumé, la Proposition 12, adoptée lors de l’élection américaine de mi-mandat en 2018, interdira la vente de produits de viande qui ne respectent pas ses exigences en matière de bien-être animal en sol californien dès le début de 2022. Cette situation suscite l'inquiétude des producteurs de porcs québécois, canadiens et américains, qui pour la grande majorité, n’élèvent pas leurs animaux dans des installations respectant les normes minimales réclamées par la nouvelle loi.

Malgré les inquiétudes croissantes, la Cour suprême américaine a rejeté la contestation juridique lancée par les principales organisations de l’industrie et maintient l'échéance de janvier 2022.

Engagé dans un élevage sans cage : duBreton montre l'exemple 

Spécialisé dans le bien-être animal depuis des décennies les fermes duBreton, non seulement respectent, mais dépassent les normes de la Proposition 12. Le réseau de plus de 300 fermes familiales de l'entreprise n'utilise pas de cage de gestation, ne permet pas les altérations physiques comme la taille des queues et des dents et ne permet pas l’usage d'antibiotiques, d'hormones de croissance ou de sous-produits animaux. Les animaux bénéficient du double voire du triple de l’espace et d’un couvert de paille pour exprimer leur comportement naturel. « Nous ne comprenons pas pourquoi les cages de gestation existent encore », déclare Vincent Breton, président de duBreton. « Garder une truie en gestation confinée pendant 4 mois sans possibilité de se déplacer n’est plus acceptable pour une partie toujours plus grande des consommateurs ».

L'entreprise applaudit l’initiative californienne et est heureuse de voir l'industrie progresser vers un respect total de l'animal. « Nous réalisons à quel point cela peut être difficile pour les producteurs, car nous avons nous-mêmes investi massivement pour adopter des normes de bien-être animal élevées bien avant que ce soit la tendance. Nous avons pris des risques importants, mais nous savions qu'en fin de compte, c'était la bonne chose à faire ».

Chacune des fermes du réseau duBreton est vérifiée annuellement par un auditeur indépendant. « Une multitude de normes précises doivent être respectées à tout moment dans le cadre de nos programmes d'élevage sans cruauté et biologique ».

À environ trois mois de l'entrée en vigueur des dispositions de la Proposition 12, duBreton travaille sans relâche avec ses clients californiens, nouveaux et existants, afin de faciliter la distribution de ses produits. « Quand nous avons commencé à « faire du bien-être animal », les gens étaient sceptiques et doutaient de notre réussite. Aujourd’hui, la Californie fait un grand pas en faveur d’une agriculture responsable et duBreton fait partie des producteurs visionnaires qui pourront continuer à approvisionner cet important marché américain, toujours à l’avant-garde des tendances », conclut Vincent Breton.

Cette transformation de l’industrie ne s’arrête pas là puisque le Massachusetts a également voté, en 2016, une proposition semblable qui sera en vigueur en 2023.

Partager